Benoît-Marie Moriceau

Vit et travaille entre Campbon et Paris.
Site : http://ddab.org/Moriceau

Les installations de Benoît-Marie Moriceau se développent selon les circonstances d’exposition ou selon la nature des lieux dans lequel il est amené à intervenir. A partir d‘un vocabulaire formel élémentaire, ses interventions génèrent des perturbations ou des dérèglement perceptifs qui oscillent continuellement entre l’infime et le spectaculaire. Les différents lieux qu’il investit peuvent être considérés autant comme les supports de ses œuvres que comme les œuvres elles-mêmes. Il entend ainsi prolonger, ré-interroger et actualiser les présupposés de l’art conceptuel concernant les espaces de l’art et ses modalités d’apparition.
Le travail de repérage et de documentation qui précède chacun de ses projets lui permet d’extraire différentes données contextuelles (spatiales, historiques ou culturelles). Certaines sont reconduites afin d’amplifier une situation initiale tout en créant une interférence d’ordre fictionnel. Chaque projet offre ainsi de multiples possibilités de lecture et le rapport au spectateur constitue un point important de son travail. Empruntant des stratégies de dissimulation ou de spectacularisation, les principes de mesure, de lecture et d’organisation de l’espace qu’il emploie referment la boucle narrative sur elle-même. L’univers de l’artiste reste volontairement en équilibre entre différents points de vue, à la fois utopiques et inquiétants.
Son œuvre relève d’une succession de gestes, de dérèglements ou de leurres à même de rendre tangible le rapport entre l’art et le réel, ses zones de frottements et ses discontinuités.
Depuis 2006, son travail a fait l’objet de plusieurs expositions personnelles parmi lesquelles Rien de plus tout du moins au Crédac à Ivry-sur-Seine en 2014 ; L’hiver te demandera ce que tu as fait l’été à la galerie Mélanie Rio à Nantes en 2013 ; Scaling Housing Unit sur la Maison radieuse Le Corbusier à Rezé en 2013 ; Formwork au Spot du Havre au 2009 et Psycho à 40mcube à Rennes en 2007. Ses oeuvres ont régulièrement été présentées dans le cadre d’expositions collectives en France et à l’étranger dont Fieldwork Marfa au Texas et Hapax Legomena à Mercer Union à Toronto en 2013 ; Dynasty au palais de Tokyo et au musée d’Art moderne de la Ville de Paris – ARC et No Soul For Sale, A Festival of Independents à la Tate Modern à Londres en 2010. En 2011, l’artiste a inauguré l’atelier Mosquito Coast Factory, conçu par l’atelier d’architecture Tolila+gilliland et dans lequel sont régulièrement organisées des expositions.

← Retour à la liste des artistes